Vous pouvez télécharger le programme complet ici : Programme Symposium 2019

Programme de l’atelier E – Communications courtes : Programme Atelier E

You can download the full program here : Program

Workshop E – Short Communications program : Workshop E Program

Découvrez les intervenants du symposium !

The theories, evidence and outcomes from integrating mindfulness with osteopathic care for patients with chronic pain.

Patients with complex, chronic pain who do not respond to osteopathic treatment as well as we would like can pose a clinical challenge, especially if there are physical or psychological dysfunctions that are unlikely to be ‘fixed’ by osteopathic treatment alone. The aim of this lecture is to describe the theoretical rationale underpinning the ‘OsteoMAP’ project (the Osteopathy, Mindfulness and Acceptance-based Programme), which aimed to expand osteopaths’ psychological pain management skills and help them work with chronic pain patients more effectively. The 3 year cohort study demonstrated promising research outcomes in patients’ abilities to live more active lives despite pain, and these results are being used to develop future research studies. The OsteoMAP approach continues to be taught to students at the University College of Osteopathy and offered as a 6 week course to patients.

Dr Hilary Abbey D.Prof (Ost), MSc, PGDip, PGCert, DO, FHEA

Hilary Abbey qualified as an osteopath in 1979 and now works full time at the UCO where she is Associate Professor and Head of Research. She is the Project Leader for ‘OsteoMAP’ – the Osteopathy, Mindfulness and Acceptance based Programme which was developed for patients with chronic pain and funded by the UK Department of Health. Promising outcomes from a 3 year cohort study are soon to be published and OsteoMAP courses for patients continue to be delivered in the UCO Clinic. Hilary has a long-standing interest in biopsychosocial healthcare and completed a Professional Doctorate in 2017. She is currently developing further research proposals to explore the effects of mindfulness for osteopaths and patients with complex, chronic pain

Spécificités de la douleur chronique chez la personne âgée

Dr Yannick Huard, DO, PhD – Institut des Hautes Etudes Ostéopathiques de Nantes

La littérature épidémiologique révèle une augmentation marquée de la prévalence de la douleur liée à l’âge (Helme et Gibson, 2001; McBeth et Jones, 2007). Paradoxalement, des études neurophysiologiques et psychophysiques suggèrent une altération des fonctions d’alerte précoce de la douleur liées à l’âge (Bassols et al., 1999; Brattberg et al., 1997; Pickering, 2005). De plus, l’augmentation du seuil de douleur perçu expose l’aîné à un risque accru de traumatisme et de maladie (Magni et al., 1993; Tsang et al., 2008). Cela complique la gestion de la douleur chez les personnes âgées.

Il est possible de résumer la spécificité de la douleur du sénior en ces quelques points :

  • Fréquence très importante,
  • Grave si négligée (conséquences physiologiques et perte d’autonomie),
  • Évaluation difficile (imprécision, résignation, troubles cognitifs),
  • Traitement prudent (fragilité, surconsommation de médicaments),
  • Surveillance étroite et régulière requise,
  • Conséquences morales (risque de «syndrome de glissement»).

Ainsi, la présentation s’articule autour de ces quatre chapitres :

  • Observation avant les soins
  • Observation pendant les soins
  • Troubles aigus fréquents
  • Réflexion ostéopathique et collective

Diplômé d’un Master en biomécanique et d’un Doctorat d’Université en Biomécanique à l’Université de Reims, Yannick Huard est aujourd’hui Ostéopathe DO/DOE PhD. Il est depuis septembre 2017 Coordinateur pédagogique et Enseignant à l’Institut des Hautes Etudes Ostéopathiques de Nantes ainsi que tuteur de clinique internet et externe (CHU de Nantes).

Thérapies cognitivo-comportementales et lombalgie chronique

Pr Abdel-Halim Boudoukha et Dr Margaux Le Borgne – Faculté de Psychologie – Université de Nantes

La prise en charge de la lombalgie chronique ne se focalise pas uniquement sur le trouble organique sous-jacent. En effet, elle a également pour objectif de réduire l’incapacité à travers une modification des contingences environnementales et des processus cognitifs et émotionnels propres à l’individu. L’identification de ces facteurs psychologiques de risque et de vulnérabilité contribuant à la chronicisation et à l’augmentation de la douleur et de l’incapacité a permis l’élaboration de prises en charge psychothérapeutiques les plus adaptées et bénéfiques possibles pour aider ces patients.

Aujourd’hui, le cadre de ces prises en charge repose presque exclusivement sur les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) qui sont recommandées par la Haute Autorité de Santé. Les TCC représentent l’application de la psychologie scientifique à la psychothérapie et sont validées dans le cadre de recherches cliniques et expérimentales valides. Elles proposent d’aborder les difficultés du patient en proposant une résolution de problèmes par des stratégies spécifiques de « l’ici et maintenant ».

Abdel-Halim Boudoukha et Margaux Le Borgne sont tous deux psychologues cliniciens et docteurs en psychologie clinique et pathologique à l’Université de Nantes. Leurs recherches portent sur les facteurs de risque, les facteurs de vulnérabilité et la prise en charge thérapeutique de la douleur chronique. Ils ont publié de nombreux articles dans ce domaine (Pr Boudoukha, Dr Le Borgne)

Liage sensoriel et apparition d’une expérience douloureuse : une histoire de cohérence

Marco GABUTTI – DO – Granville

Dans la plupart des situations de la vie courante, nos deux yeux sont stimulés par la même scène, nos deux tympans vibrent au rythme du même son, et le fumet qui se dégage d’un plat pénètre conjointement nos deux narines. Mais que se passe-t-il lorsque les deux organes d’une entrée sensorielle sont soumis simultanément à deux stimuli non concordants ?

Cette situation, reproductible expérimentalement, donne lieu à ce qu’on appelle une rivalité sensorielle. La réaction du système nerveux central face à de genre d’ambiguïté est particulièrement instructive sur la manière dont les stimuli qui nous entourent sont activement associés pour aboutir à une représentation cohérente du monde qui nous entoure. Dans le cas de la rivalité sensorielle ces représentations sont multiples, ce qui traduit l’existence de plusieurs états stables au sein des systèmes perceptifs.

Au cours de cette présentation, nous verrons en quoi les résultats des expériences de rivalité sensorielle peuvent apporter un éclairage nouveau sur la manière dont nous concevons actuellement l’émergence d’une expérience douloureuse en recontextualisant les rôles respectifs des informations nociceptives, personnelles et environnementales.

Ingénieur de formation, Marco s’est reconverti en suivant des études à temps plein en ostéopathie. Diplômé en 2002, il s’installe à Granville aux côtés de Pierre Tricot qu’il assistera dans ses formations sur l’approche tissulaire. Il a enseigné dans plusieurs écoles d’ostéopathie, d’abord la physique, puis les techniques tissulaires, et enfin l’approche crânienne. En 2014, il publie, avec Jerry Draper-Rodi un article intitulé « Osteopathic decapitation: why do we consider the head differently from the rest of the body? New perspectives for an evidence-informed approach to the head« . Il poursuit aujourd’hui ses activités de recherche et d’enseignement, notamment dans le domaine de la douleur et des mécanismes de régulation, et contribue ponctuellement à la revue IJOM en tant que reviewer.

Prise en charge des patients souffrant de sensibilisation centrale : comment développer une stratégie multimodale ?

Jerry DRAPER-RODI – DO, D.Prof(Ost), PG Cert, PG Dip – University College of Osteopathy

Les douleurs de l’appareil musculosquelettique ont un coût majeur au niveau individuel et sociétal et leur prévalence n’a cessé d’augmenter au cours de ces trente dernières années. Il est désormais proposé de classifier les douleurs d’origine musculosquelettique selon leur mécanisme pour guider la prise en charge et les conseils offerts aux patients.

La douleur nociplastique, état prolongé de sensibilisation centrale, est habituellement observée chez les patients présentant des douleurs persistantes/chroniques. Certains patients avec des douleurs persistantes/chroniques n’ont pas d’amélioration avec l’ostéopathie et ceci peut être dû a l’absence de la multi-dimensionnalité de la douleur dans nos modèles ostéopathiques.

Dans cette présentation, nous discuterons comment mieux comprendre les symptômes des patients en écoutant leur histoire ; les facteurs pouvant être impliqués dans la douleur persistante ; et nous discuterons d’outils pouvant être utiles en cabinet. 

En plus de son activité libérale vers Oxford, Jerry est enseignant-chercheur à l’University College of Osteopathy (anciennement British School of Osteopathy) à Londres. La recherche pour son doctorat était sur la prise en charge biopsychosociale des lombalgies fonctionnelles. Jerry supervise plusieurs étudiants en vue de l’obtention de leur Master sur divers sujets dont l’éducation thérapeutique basée sur les neurosciences et l’évaluation et prise en charge des facteurs psychosociaux en ostéopathie. Jerry a publié plusieurs articles dans des revues à comité de lecture, est reviewer pour l’International Journal of Osteopathic Medicine, présente régulièrement à des conférences internationales et intervient dans différentes structures en Europe.

Cognitive Functional Therapy – Making sense out of back pain?

Dr Kjartan Vibe-Fersum, Kinésithérapeute, Professeur Associé – Université de Bergen

Cognitive Functional Therapy (CFT) is an integrated, flexible, behavioral approach for individualizing the management of people with disabling LBP once serious has been excluded.  It uses a multidimensional “clinical reasoning framework” to identify key modifiable targets for management. The process of making sense of back pain is reflective and uses individuals’ own story, words, and metaphors combined with their experiences during the guided behavioral experiments to disconfirm their previously held beliefs and provide a new understanding of their pain. This process outlines—in a nonjudgmental way—how contextual factors, negative pain beliefs, and unhelpful emotional and behavioral responses set up a vicious cycle of pain, distress and disability. This information is written down and discussed in a collaborative and reflective manner. During this process, different aspects of the schema can be addressed while reinforcing the structural integrity of the spine and the meaning of any radiological imaging in relation to the clinical presentation. This keynote will address how these different dimensions interact and use clinical examples to show how patients can break this vicious cycle in order to obtain clear and realistic self-motivated strategies for a behavioral change directed to their personally relevant goals.

La thérapie cognitivo-fonctionnelle : donner du sens aux douleurs de dos ?

La Thérapie Cognitivo-Fonctionnelle (TCF) est une approche comportementale globale et flexible qui individualise la prise en charge des personnes atteintes de lombalgies invalidantes sans cause organique retrouvée. La TCF utilise un cadre de raisonnement clinique multidimensionnel qui a pour but d’identifier des objectifs d’amélioration spécifiques. Le processus de donner du sens à sa douleur est réfléchi. Via une prise en charge comportementale guidée, on utilise l’histoire, les mots et les métaphores des personnes associés à leur expérience pour déconstruire leurs anciennes croyances et apporter une nouvelle compréhension de leur douleur. Ce processus met en évidence – sans jugement – la façon dont le contexte, les croyances négatives sur la douleur, et les réponses comportementales ou émotionnelles non adaptées peuvent entrainer un cercle vicieux de douleur, de stress, et d’invalidité. Tout cela est écrit et discuté avec les personnes, dans une approche collaborative et réfléchie. Durant ce processus, plusieurs aspects peuvent être travaillés tout en renforçant l’intégrité structurelle de la colonne vertébrale et en expliquant les éventuels clichés radiologiques en lien avec les signes cliniques. Cette conférence expliquera comment ces différentes dimensions interagissent et présentera des cas cliniques pour illustrer la manière dont les patients peuvent sortir de ce cercle vicieux en développant des stratégies claires, réalistes et auto-motivées afin d’adopter un comportement adapté aux objectifs pertinents qu’ils se sont fixés.

Kjartan Vibe-Fersum est un chercheur et un kinésithérapeute norvégien spécialiste du système musculo-squelettique. Actuellement il exerce dans un cabinet à Bergen 3 jours par semaine et 50 % de son temps en tant que Professeur Associé à l’Université de Bergen.  Ses recherches s’intéressent au diagnostic et à la prise en charge des TMS. Sa thèse, intitulée « Classification et traitement ciblé des patients présentant des lombalgies fonctionnelles » était centrée autour de la Thérapie Cognitivo-Fonctionnelle (TCF). Il a été l’investigateur principal du premier essai clinique randomisé comparant la TCF à la thérapie manuelle et à des exercices physiques pour traiter les lombalgies chroniques. Cette étude a été publiée dans l’International Journal of Pain en 2013.

Il fait aussi partie d’un groupe de collaborateurs international qui alimente le site internet PAIN-ED (www.pain-ed.com) qui a pour but de traduire les derniers travaux publiés sur la TCF et informer le public et les professionnels de santé. Actuellement, il est le principal investigateur d’un autre essai clinique (projet FaKTa) qui compare la TCF, l’éducation aux neurosciences, et l’exercice physique chez des patients âgés atteints de lombalgie chronique (patients en maison de retraite ou disposant d’une assistance à domicile).

Aïe, j’ai mal au dos !!! Que se passe-t-il ? Un cadre de compréhension clinique multidimensionnel de la douleur

Laurent FABRE, DO – Paris

Quand un patient a mal, celui-ci a besoin de comprendre ce qui se passe et y donner du sens. Un des rôles du thérapeute est de le guider dans la compréhension de son symptôme. Pour cela il doit comprendre ce qui se passe. Ceci étant la douleur est un phénomène complexe à appréhender. Beaucoup de modèles et classifications ont été proposés en fonction de l’anatomie, la localisation, la durée… pour expliquer, comprendre et traiter la douleur, sans vraiment beaucoup de succès jusqu’à présent.

Les dernières recherches scientifiques en neurosciences nous offrent aujourd’hui un cadre de compréhension clinique multidimensionnel de la douleur, plus adapté à sa prise en charge.

Dans ce cadre est inclue la reconnaissance des mécanismes neurophysiologiques impliqués dans la douleur. Pour y voir plus clair, Laurent vous présente, au travers d’un cas clinique concret, les différents types de douleur (nociceptive, neuropathique, nociplastique) et les signes associés, en fonction des mécanismes neurophysiologiques impliqués dans la douleur.

Laurent FABRE est ostéopathe depuis 15 ans, passionné de neurosciences de la douleur, il la partage à travers un blog. Il est spécialisé dans la prise en charge des douleurs aigües et chroniques du système nerveux périphérique. Il est impliqué dans la recherche (PHRC à Cochin, reviewer IJOM, publications indexées) et dans l’enseignement (CFPCO, CSO)

Plus d’intervenants à venir prochainement…..